COBP: Mohamed Anas Bennis, 25 ans

Le 1er décembre 2005 à 7h20, Mohamed Anas Bennis, un citoyen canadien musulman d’origine marocaine, âgé de 25 ans, a été tué par deux balles dont une en plein coeur, tirées par l’agent Yannick Bernier du poste 25 à Côte-des-Neiges. L’agent Roy du poste 25 est aussi présent, de même que l’agent Ben Aniba.

[English version follows]

Résumé du cas : D’après la police, Anas serait sorti de nulle part et aurait poignardé l’agent Bernier au cou et à la jambe, « sans aucun motif connu » et en criant « Allah est grand! ». Bernier aurait alors tiré deux balles sur Anas, dont le décès a été constaté à l’Hôpital général juif à 8h04. Il s’agit donc d’une mort non accidentelle, les policiers invoquant la légitime défense face à Anas qui aurait été armé d’un couteau de cuisine.

Contradictions et inconsistances : D’un côté, la famille et les proches d’Anas refusent de croire qu’Anas aurait été armé et aurait agressé un policier sans raison. Ils croient à une bavure policière et qu’Anas a été victime de profilage racial, car il sortait de la mosquée et portait une barbe et des vêtements traditionnels musulmans. De plus, l’événement s’est produit sur la scène d’une opération policière menée par la SQ visant un réseau de fraudeurs supposément liés au terrorisme international.
De l’autre côté, la police ne fait que répéter la même histoire depuis le début : Anas les aurait attaqués avec un couteau sans motif connu et Bernier l’aurait abattu en légitime défense. Mais la police a refusé de montrer les vidéos de l’événement, alléguant qu’elles n’étaient pas exploitables, alors qu’au moins deux caméras de surveillance ont pu capter la scène. La police a également refusé de montrer le fameux couteau de cuisine, de même que les blessures du policier Bernier. De plus, le rapport d’enquête de la police de Québec sur l’événement demeure secret à ce jour, sur ordre du ministre de la Sécurité Publique (et maintenant aussi ministre de la Justice!) Jacques Dupuis, de même que la décision du procureur James Rondeau de ne porter aucune accusation contre les policiers, affirmant qu’aucune infraction criminelle n’a été commise.

Suites : La famille et la Coalition Justice pour Anas demandent encore une enquête publique, toute la vérité sur la mort de Anas et la fin de la brutalité policière et de l’impunité (www.justicepouranas.org).

[Extrait du texte D’Anthony Griffin à Mohamed Anas Bennis: Enquête sur 40 personnes tuées par la police de Montréal en 20 ans (1987-2006), reproduit sans permission; tiré du site Internet du Collectif opposé à la brutalité policière. Le COBP n’est aucunement impliqué dans la conception de ce site Internet.]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :