(Rue Frontenac) La police tire au centre-ville de Montréal : deux morts

Une intervention policière a mal tourné mardi matin lorsque la police a ouvert le feu, tuant deux personnes, à l’angle des rues Saint-Denis et Christin, au centre ville de Montréal.

Lien original: http://www.ruefrontenac.com/nouvelles-generales/faitsdivers/38182-intervention-police-montreal

 Selon les premiers éléments d’enquête, une des victimes serait un innocent citoyen qui passait par là lorsque les policiers ont fait feu sur un suspect, peu avant 7 h.Tout a commencé vers 6 h 40, lorsque les policiers de Montréal ont tenté d’interpeller un certain Mario Hamel, 40 ans.« L’individu avait été vu causant des méfaits sur des véhicules et du vandalisme sur la rue Sainte-Catherine. Il était en possession d’une arme blanche », explique la sergente Anne Mathieu, porte-parole de la Sûreté du Québec.L’intervention s’est vite déplacée vers l’est. Une fois à l’angle des rues Saint-Denis et Christin, au nord du boulevard René-Lévesque, « un ou plusieurs coups de feu » a été tiré, selon la police.Un cycliste victime d’une balle perdue ?Deux hommes ont été atteints au haut du corps. Le suspect Mario Hamel, et une autre personne. Ce dernier circulait vraisemblablement en BIXI puisqu’un vélo en libre service reposait sur la scène du crime, près d’une tache de sang.

Par souci de transparence, le ministère de la Sécurité publique a transféré l’enquête à la Sûreté du Québec (SQ).« Est-ce qu’il s’agit d’une balle perdue, qu’est-ce qui s’est passé exactement, c’est ce que l’enquête va tenter de déterminer », a affirmé Ronald McInnis, porte-parole de la SQ.Quatre policiers ont été transportés à l’hôpital car ils souffrent d’un choc nerveux.La rue Saint-Denis a été fermée entre Sainte-Catherine et René-Lévesque et la police précise que le secteur est à éviter mardi matin. Des enquêteurs ont bouclé la scène et tentent de reconstituer le fil exact des événements.

L’intervention policière a blessé deux personnes dont une qui pourrait être un simple passant. Photo Rogerio Barbosa

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :