Montréal Nord Republik: Consultations douteuses et recommandations vagues

logoLe rapport de Montréal-Nord en Santé

Montréal-Nord, 3 avril 2009. Le rapport remis hier par Montréal-Nord en Santé présente peu de recommandations susceptibles de faire progresser la situation sociale à Montréal-Nord. Montréal-Nord Républik (M-NR) ne s’étonne pas de la mollesse d’un rapport produit en concertation avec les élites locales et les organismes communautaires habituels et indique comment une consultation de ce type fait peu de cas du pouls de la population elle-même afin de ménager le service de police et l’administration locale.

« Il n’y aucune mention de l’escouade Éclipse dans ce rapport même si elle dénoncée de toute part », observe Will Prosper, porte-parole de Montréal-Nord Républik. « Il n’y aura aucune restauration du lien de confiance entre la population et la police comme le souhaite le rapport, s’il n’y a pas de justice pour Fredy Villanueva qui s’est fait tué par l’agent Lapointe du SPVM ».

M-NR remarque d’ailleurs que les partenaires identifiés par le chantier « Prévention et sécurité publique » sont les élus et le poste de police mais qu’on ne considère aucunement les citoyens et les regroupements qui ont remplis les rues de Montréal-Nord à de multiples reprises depuis le meurtre de Fredy. « La colère des contestataires, pourtant de mieux en mieux organisée, ne trouve évidemment aucun écho dans un rapport par les élites et pour les médias. Les dissidents sont passés sous silence malgré les grands appels à la concertation », note Nargess Mustapha, également porte-parole de M-NR.

Un tel exercice relève une fois de plus davantage des relations publiques puisqu’il énonce davantage de généralités qu’il ne prend réellement position. « C’est un changement de garde complet qu’il nous faut désormais à Montréal-Nord, on doit virer de cap à 180 degrés. Sans surprise, ce n’est pas ce qu’on lit dans un rapport cautionné par les élites. Au contraire, quand on referme le document, on se dit que ça va prendre un sérieux coup de barre dans l’arrondissement. Plutôt que d’exclure davantage la population, il faudra éloigner des leviers du pouvoir ceux qui monopolisent tout l’espace actuellement », explique Will Prosper.

Selon M-NR, ce rapport mènera peut-être à quelques concessions mineures ou cosmétiques ici et là, des concessions sans doute décidées bien avant la remise du rapport, mais les revendications doivent surtout ne pas déranger personne pour Montréal-Nord en Santé, et c’est là qu’elles trahissent la population qui elle ne veut plus entendre parler de concertation mais qui veut un changement radical, une « mini-révolution » à Montréal-Nord.

Sans surprise, le rapport ne fait aucune place aux questions de démocratie et passe sous silence l’extrême précarité de la participation citoyenne dans les institutions. Will Prosper remarque : « On aurait voulu un chantier « santé démocratique » pour leur expliquer pourquoi leur démarche était biaisée d’avance. Malheureusement, à Montréal-Nord, où la même clique occupe tous les échelons du pouvoir depuis maintenant cinquante ans, c’est un tabou de rappeler qu’il y a des élus avec des mandats très faibles, obtenus dans l’indifférence généralisée. Le problème, il commence là ».

M-NR se réjouit de voir que le rapport reconnaît la subordination des organismes communautaires par le financement conditionnel appliqué « par le haut ». Il est désolant néanmoins de voir que ce constat n’amène aucune solution qui dépasse les vieux pieux.

Montréal-Nord Républik déplore aussi que malgré une divulgation de rapport présentée comme publique, aucune copie du rapport n’était prévue pour les citoyens au moment du lancement et Montréal-Nord Santé n’a vu aucun intérêt à rendre disponible son rapport pour la population, par l’entremise d’Internet, le jour même. Il s’agit d’un geste additionnel qui montre de quelle façon le déploiement des énergies vise d’abord les médias et que les citoyennes et les citoyens ne sont considérés que dans un deuxième temps.

Au-delà du discours, les gestes que posent les élites et les gens qui composent Montréal-Nord en Santé, c’est-à-dire une forme d’élite du communautaire et de l’administration, montrent chaque fois comment pour ces personnes la population nord-montréalaise, en particulier les jeunes, font partie du problème et pas de la solution. Sur le panel de la conférence de presse, il n’y avait d’ailleurs aucun jeune et aucun Noir, malgré les traits démographiques du quartier et de la population visée par le rapport.

En somme, la concertation proposée se veut une façon de conserver la stabilité de la configuration du pouvoir à Montréal-Nord, c’est-à-dire, d’un côté les élites locales qui contrôlent tout, notamment l’argent, et de l’autre, une population marginalisée, vue comme un problème à gérer, et qu’on cherche à endormir par tous les moyens.

À l’inverse, Montréal-Nord Républik continuera de faire écho à la colère de la population contre les initiatives somnifères de l’élite locale et de ses alliés dans la police et le communautaire. M-NR ne taira pas les critiques les plus acerbes à l’endroit des élites qui cherchent un « apaisement » qui les conforterait dans leur position de domination face à une population désabusée par les effets de discours des bureaucrates locaux et des politiciens auxquels ils répondent.

L´article original se trouvent ici.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :