COBP: Yvon Lafrance, 40 ans

Le mardi 3 janvier 1989 à 00h04, Yvon Lafrance, un Canadien blanc homosexuel âgé de 40 ans, a reçu une balle à la poitrine tirée par l’agent Dominic Chartier du poste 33 dans la cour arrière de leur appartement situé au 1565 rue Champlain.


[English version forthcoming]

Résumé du cas: Vers minuit le 3 janvier 1989, Lafrance et son ami se chicanent à propos du volume de la musique. Lafrance, qui est en état d’ébriété et torse nu, poursuit son concubin avec un couteau jusqu’à la station service au coin des rues Maisonneuve et Papineau. L’employée appelle la police. Un agent suit Lafrance jusqu’à chez lui. Après une échauffourée avec les policiers, Lafrance sort dans la cour arrière où se trouvent les agents Jean-François Pelletier, André Voyer et Dominic Chartier. D’après Chartier, alors que Lafrance tient au moins un couteau, il fonce vers Voyer ou Chartier. C’est alors que Chartier abat Lafrance. Il s’agit d’une mort non-accidentelle, Chartier invoquant la légitime défense face à Lafrance armé d’un couteau.

Contradictions et inconsistances: D’un côté, un voisin témoin par sa fenêtre prétend que les policiers Voyer ou Chartier sont trop loin dans le fond de la cour pour être menacés par Lafrance. Un témoin affirme que Lafrance n’a fait aucune tentative de s’approcher des policiers impliqués.

Suites : En 1996, sept ans après l’incident, l’ex-agent de la Sûreté du Québec Gaëtan Rivest, qui avait enquêté sur l’affaire Lafrance, a admis que des preuves ont été fabriquées pour éviter que Chartier rende des comptes. La victime a été décrite comme étant à une distance entre quatre et dix pieds de l’agent quand il s’est fait tuer, alors qu’il était en réalité à vingt-cinq pieds, trop loin pour constituer une menace pour le policier. Rivest a affirmé que Chartier a tiré sur Lafrance par nervosité alors que Lafrance s’éloignait des agents. L’agent Gaëtan Rivest a été reconnu coupable d’entrave à la justice pour avoir trafiqué l’enquête sur les circonstances entourant la mort d’Yvon Lafrance, suite à une plainte privée criminelle portée par le MAJ, qui voulait demander la réouverture de l’enquête publique du coroner. Suite à une enquête de la SQ et à une enquête publique du coroner, l’agent Chartier a été blanchi. (Chartier sera partenaire de Michel Garneau quand celui-ci tue Suazo en 1995)


[Extrait du texte D’Anthony Griffin à Mohamed Anas Bennis: Enquête sur 40 personnes tuées par la police de Montréal en 20 ans (1987-2006), reproduit sans permission; tiré du site Internet du Collectif opposé à la brutalité policière. Le COBP n’est aucunement impliqué dans la conception de ce site Internet.]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :