COBP: Yvon Asselin, 39 ans

Le samedi 6 mars 1993 à 2h05, Yvon Asselin, un Canadien âgé de 39 ans, reçoit deux balles de caoutchouc, tirées par un agent du SWAT dont le nom est inconnu, avant de se poignarder en plein coeur. Des agents du poste 34 sont impliqués.


[English version forthcoming]

Résumé du cas : Le 6 mars 1993, l’ex-conjointe de Asselin appelle la police car son mari menace de tuer leur fille. Des agents du poste 34 demandent au SWAT d’intervenir car Asselin serait armé d’un couteau et s’est barricadé au 2128A rue Laurier. Après vingt minutes d’attente, l’équipe d’intervention SWAT donne l’assaut. Un agent tire deux balles de caoutchouc, Asselin se poignarde et décède. Il s’agit d’une mort non-accidentelle, les policiers invoquant le motif de la sécurité publique alors que Asselin serait armé d’un couteau.

Contradictions et inconsistances : D’un côté, un média trouve que l’impatience de l’équipe SWAT est surprenante. De l’autre côté, le SWAT sait, selon ses dires, qu’il y a une arme dans le logement. Le fait que Asselin soit au téléphone incite le SWAT à intervenir pour prévenir sa propre sécurité, ainsi que celle de Yvon Asselin qui est en détresse.

Suites : Le coroner a conclu que la cause de la mort était inconnue. L’usage des balles de caoutchouc n’a pas été questionné. Suite à une enquête de la SQ, les agents ont été blanchis.


[Extrait du texte D’Anthony Griffin à Mohamed Anas Bennis: Enquête sur 40 personnes tuées par la police de Montréal en 20 ans (1987-2006), reproduit sans permission; tiré du site Internet du Collectif opposé à la brutalité policière. Le COBP n’est aucunement impliqué dans la conception de ce site Internet.]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :