COBP: Michel Morin, 43 ans

Le 4 septembre 2002 vers 19h30, Michel Morin, un itinérant âgé de 43 ans, meurt d’arythmies cardiaques létales survenues lors d’une mise sous contention par des agents du SPVM dont on ignore l’identité, au cours d’un épisode de « delirium agité » post-consommation de cocaïne.

Résumé du cas : Michel Morin était agité quand il est entré au Presse Café situé au 1750 rue St-Denis à 19h10 et a demandé d’appeler la police car il allait mourir. Un employé et un client l’ont maîtrisé par les bras et l’ont couché à plat ventre par terre et ont attendu les policiers. Ceux-ci ont menotté Morin aux poignets et aux chevilles, l’ont retourné et ont constaté qu’il ne respirait plus. Son décès fut constaté à l’Hôpital St-Luc à 20h20. Morin n’était pas armé. D’après la coroner Line Duchesne (qui dira la même chose suite à la mort de Rohan Wilson en 2004), il s’agit d’une « mort violente, accidentelle ».

Suites : Un procureur de la Couronne a conclut que les agents n’avaient commis aucun crime et les a donc blanchis.

[Extrait du texte D’Anthony Griffin à Mohamed Anas Bennis: Enquête sur 40 personnes tuées par la police de Montréal en 20 ans (1987-2006), reproduit sans permission; tiré du site Internet du Collectif opposé à la brutalité policière. Le COBP n’est aucunement impliqué dans la conception de ce site Internet.]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :