COBP: Michel Berniquez, 45 ans

Le 28 juin 2003, Michel Berniquez, âgé de 45 ans, meurt d’une arythmie cardiaque lors de son arrestations par des agents du poste 40 dont on ignore l’identité.


[English version forthcoming]

Résumé du cas : Berniquez aurait quitté un dépanneur sans payer sa consommation à Montréal-Nord, puis il y aurait eu une bagarre avec une autre personne. Il aurait donné un coup de poing à un policier qui voulait l’interpeller, puis après une poursuite à pied les policiers l’ont maîtrisé. Constatant qu’il avait des difficultés à respirer, les policiers ont appelé une ambulance. Suite à un arrêt cardiorespiratoire, son décès a été constaté à l’hôpital à 18h04. Berniquez n’était pas armé.

Suites : D’après l’autopsie, Berniquez aurait consommé un dangereux cocktail de cocaïne et de métamphétamines, substances qui auraient provoqué un comportement agressif, violent et délirant et une augmentation désordonnée du rythme cardiaque. De plus, la victime était porteur d’une maladie coronarienne et à risque de subir un accident cardiaque. D’après le coroner Michel Ferland, les lésions attribuables à l’altercation avec les policiers ne peuvent avoir causé le décès et l’autopsie ne démontre aucune asphyxie imputable aux manoeuvres des policiers. Il conclut à une mort accidentelle.

[Extrait du texte D’Anthony Griffin à Mohamed Anas Bennis: Enquête sur 40 personnes tuées par la police de Montréal en 20 ans (1987-2006), reproduit sans permission; tiré du site Internet du Collectif opposé à la brutalité policière. Le COBP n’est aucunement impliqué dans la conception de ce site Internet.]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :