COBP: Marcellus François, 24 ans

Le mercredi 3 juillet 1991 à 19h25, Marcellus François, un Jamaïcain âgé de 24 ans, reçoit une balle en plein front d’un fusil M-16 tirée par Michel Tremblay, chef d’équipe d’intervention « SWAT ». Des agents du poste 43 sont aussi impliqués.


[English version forthcoming]

Résumé du cas: Le 3 juillet 1991 vers 19h25, huit voitures sont impliquées dans une opération de filature pour un suspect d’une tentative de meurtre (le 1er juillet 1991 vers 23h55, un homme a reçu un coup de couteau et une balle de calibre .12 derrière le 6609 avenue Parc). Cinq de ces voitures enferment dans un étau une Pontiac Bonneville dans laquelle prennent place François et trois autres personnes, au coin des rues St-Antoine et McGill. D’après l’agent Michel Tremblay, il sort de son véhicule, crie « police! » et abat François d’une balle de M-16. D’après la police, il s’agit d’une mort accidentelle, car la police aurait pris Marcellus François, qui n’était pas armé, pour Kirt Haywood.

Contradictions et inconsistances : D’un côté, la communauté noire pense à l’assassinat de sang froid d’un individu non-armé. D’après la police, il s’agit d’un cas d’« erreur sur la personne ». François était petit, récemment rasé avec des cheveux courts, alors que les suspects du 1er juillet mesuraient plus de six pieds, l’un avec une barbe et l’autre avec de longs cheveux. D’un autre côté, le policier pense être en présence d’un suspect de tentative de meurtre armé et faisant un mouvement brusque (François a supposément semblé se pencher et sortir ce qui ressemblait à un fusil). Il aurait senti sa vie en danger et a fait feu. Aucune arme n’a été trouvée dans l’auto.

Suites : Après une enquête de la SQ, une décision est rendue le 26 juillet 1991 de ne porter aucune accusation contre le policier Tremblay, il est donc blanchi. Une enquête publique du coroner est ouverte, dont le rapport sera rendu public le 7 mai 1992. Une plainte en déontologie policière est déposée contre le policier Pablo Palacios. Le 21 janvier 1992, Tremblay est muté suite à une enquête interne qui est rendue publique le 30 janvier. Le 14 février 1992, 2000 policiers manifestent pour demander un nouveau chef de police. Le 30 avril 1992, 20 policiers impliqués dans le décès de François sont cités devant le comité de déontologie. Une poursuite au civil est entamée le 20 juin 1992. Le 8 janvier 1993, la CUM reconnaît sa responsabilité mais nie la malveillance de Tremblay. Le 15 septembre 1994, l’agent Palacios est suspendu 10 jours pour avoir détenu sans raison les trois occupants de l’auto de François et l’agent Barbeau est suspendu 2 jours par le comité de déontologie pour avoir fouillé la maison de deux suspects sans mandat. Le 22 février 1997, la CUM verse 218 269$ au civil à la famille de François.

[Extrait du texte D’Anthony Griffin à Mohamed Anas Bennis: Enquête sur 40 personnes tuées par la police de Montréal en 20 ans (1987-2006), reproduit sans permission; tiré du site Internet du Collectif opposé à la brutalité policière. Le COBP n’est aucunement impliqué dans la conception de ce site Internet.]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :