COBP: Leslie Presley, 26 ans

Le lundi 9 avril 1990 à 3h25, Leslie Presley, un Jamaïcain âgé de 26 ans reçoit six balles tirées par trois agents au bar Thunderdome, situé au 1254 Stanley.


[English version forthcoming]

Résumé du cas : Les agents Jean Chatigny, Daniel Rousseau et Jean Pellerin interviennent vers 3h15 avec d’autres agents au bar Thunderdome suite à un appel pour une bagarre. 300 clients et clientes se trouvent dans l’établissement. En tout, huit balles ont été tirées dans sa direction par l’agent Jean Chatigny qui a tiré les balles fatales (quatre balles dont deux dans le dos), l’agent Jean Pellerin (deux balles) et l’agent Daniel Rousseau (deux balles), tous les trois agents du poste 25. Aucun policier n’est blessé, mais Presley meurt dans la fusillade. D’après la police, qui invoque comme motif la sécurité publique, il s’agit d’une mort non-accidentelle. Suite à la fusillade, des gens se mettent rapidement à scander le nom d’Anthony Griffin et les pare-brises de deux ou trois auto-patrouilles volent en éclat.

Une cinquantaine d’auto-patrouilles venant des quatre coins de l’Île de Montréal sont dépêchés surplace. À un certain moment, il y a plus d’une centaine de policiers prêts à intervenir à l’extérieur et dans le bar. Des dizaines de personnes sont conduites au poste 25 pour être interrogées sur ce qui vient de se passer.

Contradictions et inconsistances : D’un côté, certains témoins civils prétendent que Presley n’est pas armé, d’autres prétendent qu’il tire des coups de feu en l’air et d’autres qu’il ne menace pas les policiers à leur arrivée. Un témoin a affirmé que Leslie a seulement tiré deux balles au plafond quand il a entendu une chanson qu’il aimait. D’autres témoins disent qu’il n’a pas tiré de coup de feu avant que la police n’arrive dans le bar. Les policiers impliqués et des civils prétendent que Presley tire un coup de feu, d’autres témoins civils affirment qu’il n’a pas de revolver ou qu’il ne tire pas au moment de l’arrivée des policiers. Suite à une enquête de la SQ sur le décès, une enquête du SPCUM sur la bagarre et une enquête publique du coroner, les agents ont été blanchis.


[Extrait du texte D’Anthony Griffin à Mohamed Anas Bennis: Enquête sur 40 personnes tuées par la police de Montréal en 20 ans (1987-2006), reproduit sans permission; tiré du site Internet du Collectif opposé à la brutalité policière. Le COBP n’est aucunement impliqué dans la conception de ce site Internet.]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :